Archives de tags | vandalisme

Le buste d’Henriette de Crans vandalisé: Une violence faite à toutes les femmes !

Henriette de Crans fut la première femme condamnée pour sorcellerie et à avoir été brulée vive à Besançon. S’en est suivit jusqu’au XVIIIe siècle une vague de persécutions fortement misogynes.

Afin de se remémorer toutes les formes de violences sexuelles et sexistes et la nécessité de continuer à se dresser contre, une statue à l’image de Henriette de Crans a été érigé dans le parc Chamars, parc où avait été dressé le bûcher. C’est lors de la manifestation contre les violences faites aux femmes que son buste a été inauguré le 20 novembre dernier par la maire de Besançon (article France 3 Régions : Brulée vive pour sorcellerie Henriette de Crans aura sa statue à Besançon).

Dans la nuit de lundi à mardi (29 et 30 novembre), cette statue a été vandalisée. Son visage a été recouvert de peinture orange. Plusieurs croix gammées ont également été retrouvées gravées dans l’écorce des arbres à proximité de la statue.

La ville de Besançon a déposé plainte. Et lors de la conférence de presse organisée sur le parvis du commissariat ce mardi à 14h00, la maire de Besançon nous a apprit que d’autres croix gammées avaient déjà été inscrites sur le socle au moment de l’installation de la statue, et que d’autres avaient été gravées sur des arbres situés le long de la promenade Chamars.

Est-il étonnant de voir des fascistes vandaliser une statue, alors que condamnant « wokisme » ou « cancel culture », ils poussent des cris d’orfraies quand il s’agit de déboulonner la statue d’un esclavagiste? Est-il encore étonnant de les voir vandaliser la statue d’une femme condamnée au bûcher, alors qu’ils idolâtrent Jeanne d’Arc? De plus ces actes ne sont pas sans rappeler les graffitis faits sur les passages piétons arc-en-ciel au début de cet été (article MaCommune.info : Plainte d’Anne Vignot après la découverte d’une croix gammée sur le passage piéton arc-en-ciel LGBTQI+) et dont les auteurs n’ont toujours pas été identifiés.

Il n’y a malheureusement rien d’étonnant dans ces actes pitoyables. Les nervis extrêmes-droites (qu’ils soient issus du RN, des groupuscules néo-nazis ou représentants les petits caporaux défenseurs de l’identité nationale) démontrent une énième fois qu’ils ne seront jamais du côté des victimes et des luttes visant à l’égalité et à l’émancipation.

Car si le martyr d’Henriette de Crans fait écho à toutes les violences faites aux femmes à travers les siècles, vandaliser sa statue ne consiste pas simplement à vouloir nier cette violence, au contraire cette dégradation sexiste permet à ses auteurs d’assumer et de revendiquer ce droit à la violence traduisant ainsi leur vision archaïque car hiérarchique et patriarcale de la société, ce qui est intolérable.

Mais depuis plusieurs années, et surtout depuis les mouvements « Me Too » ou « Balance Ton Porc » en passant par le rapport Sauvé, c’est le masculinisme et le patriarcat qui vacillent sur leur piédestal millénaire. Et ce n’est pas un peu de peinture ou les éructations sexistes de nabots politiciens qui les sauveront. La lutte pour l’égalité et l’émancipation continue, et c’est en restant combatives, combatifs et solidaires que nous la mènerons à son terme inéluctable.

DEGRADATIONS RACISTES

Les vacances sont finies, « ils » sont hélas de retour…

– DÉGRADATIONS A SAÔNE

La 9ème fête de l’Afrique aura lieu à Saône le 7 septembre  (Fête de l’Afrique).
Cette fête organisée par LACIM a pour but de « réunir pendant une journée les associations humanitaires de la région qui travaillent en Afrique afin qu’elles puissent exposer leurs projets à la population et proposer à la vente leurs éventuelles productions, afin de réunir des fonds pour financer leurs projets ». C’est aussi l’occasion pour chaque association « de se faire connaître et reconnaître des autres associations humanitaires qui travaillent sur le continent africain, afin de partager les idées, les soucis, les solutions, les manières de faire des uns et des autres et réfléchir ensemble à la question humanitaire ».

Certains d’entre vous auront certainement vu durant les vacances sur les bords des routes  les banderoles qui annonçaient cet événement.
Une première banderole avait été détériorée juste avant les vacances (voir article de l’Est Républicain)
De nouveau, plusieurs de ces banderoles ont été lacérées, ou graffitées à la bombe le week-end passé. Pas de signatures ni de signes distinctifs mais le caractère xénophobe de l’acte semble assez évident.

fete de l'afrique 1

Il semblerait que les liens d’entraide culturels et associatifs entre deux continents ne soient pas au gout de tout le monde.
LACIM (organisateur de la Fête de l’Afrique) a décidé de porter plainte.

– TAGS NAZIS SUR LA MOSQUÉE DE BESANÇON

Les nostalgiques de « tonton Adolf » sont également de retour de vacances. Dans la nuit de mercredi à jeudi un sigle SS, une croix celtique, et les mots « Vive la France » ainsi qu’une rune d’Odal, symbole des jeunesses hitlériennes sous le IIIe Reich ont été tagués à la peinture noire sur près de deux mètres sur les murs de la mosquée Es-Sunna de Besançon .(voir l’article de l’Est Républicain).
Les mosquées sont devenues des cibles régulières pour ceux qui dénoncent la soit-disant « islamisation » de la France.
On peut rappeler le vandalisme de la mosquée de Belfort en 2006 (voir ici) et plus récemment la tentative d’attentat sur la mosquée de Lyon (voir l’article du Monde).

Les démagogues de l’extrême droite, de la droite (et pas qu’eux) ne cessent de rejeter sur l' »autre », l’étranger, le « métèque » la responsabilité de tous les problèmes économiques, sociaux et culturels qu’ils sont incapables de résoudre (ou qu’ils n’ont aucune volonté de résoudre). L’islamophobie ambiante n’est qu’une composante de l’hostilité de plus en plus visible envers les étrangers et de préférences ceux venus d’Afrique et du Moyen-Orient, mais aussi certaines minorités européennes comme les Rroms et qui de part leurs présences « menaceraient » le mode de vie européen blanc.
Comme nous le rappellent les auteurs de ses tags répugnants: les arabes sont devenus ce que les juifs étaient avant guerre.