Archives de tags | meric

Compte rendu du week-end de mobilisation antifasciste en mémoire de Clément Méric

Dans le cadre du week-end de mobilisation antifasciste, la projection du documentaire « Acta Non Verba » vendredi 5 juin a réuni moins d’une trentaine de personnes à la salle des Epoisses. La projection a été suivi par un débat lors du quel les questions sur le sexisme, le sport, la violence, les squts ont été évoquées mais également quel renouveau pour l’antifascisme en Europe et en France, et de sa place dans la lutte anti-capitaliste.

Samedi 6 juin à 15h sous un soleil « fort chaleureux » place Pasteur, nous étions environ 80, chaque groupe signataire étant présent, pour rendre hommage à Clément Méric mort il y a 2 ans, pour rappeler que l’extrême droite tue, que l’extrême droite assassine, que l’idéologie nauséabondes du Front National a contaminé les sphères médiatique et politique et nous nous devons de rester solidaires, de continuer la lutte et vaincre.

06juin2015-206juin2015-506juin2015-306juin2015-106juin2015-4

Intervention de l’AMEB Solidaires Etudiant-e-s :

Nous remercions l’ensemble des organisations politiques, syndicales et associatives qui ont œuvré dans l’unité à l’organisation de ce weekend de mobilisation contre l’extrême-droite : Action Populaire, AMEB Solidaires Etudiant-e-s, Collectif Antifasciste de Besançon, Comité de défense des droits et libertés des étrangers, Ensemble, Fédération Anarchiste, Fédération Syndicale Unitaire, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, le Resto-Trottoir et l’Union Syndicale Solidaires.

Il y a deux ans, le 5 juin 2013, notre camarade Clément était tué par des militants d’extrême-droite. Clément Méric, étudiant à Science Po à Paris, était syndicaliste à Solidaires Etudiant-e-s et militait au sein de l’Action antifasciste Paris-Banlieue.

L’an dernier déjà, un an après sa mort, nous faisions le constat alarmant de la dangereuse progression de l’extrême-droite et de ses idées. Depuis, la situation n’a fait qu’empirer :

  • les groupuscules fascistes continuent de prospérer, et leurs discours racistes, antisémites ou islamophobes ont chaque jour une audience plus importante ;
  • les agressions racistes, sexistes, homophobes n’ont pas cessé. Pire, les agressions islamophobes, déjà en hausse significative ces dernières années, ont explosé depuis les attentats de janvier, tandis qu’un climat de peur du musulman s’instaure dans le pays, relayé par une large partie de la sphère politique.
  • Enfin, les idées nauséabondes du Front National ont contaminé les sphères médiatique et politique. Chaque nouvelle échéance électorale apporte son nouveau lot d’élus frontistes. Le Front National, en passe de devenir le premier parti de France, confirme ainsi son ancrage dans la société, aidé en cela par la banalisation et la dédiabolisation dont il bénéficie dans les médias.

On voudrait nous faire croire que le Front National a changé, mais derrière le masque de Marine se cache toujours le visage de Jean-Marie, le visage du tortionnaire en Algérie, le visage du nostalgique de Pétain, le visage du millionnaire du château de Montretout, le visage du fascisme. De tout temps, la famille Le Pen s’est toujours rangée du côté du patronat et de la bourgeoisie, contre les conquêtes de la classe ouvrière, contre les droits des femmes, contre les minorités opprimées, contre les travailleurs sans papiers exploités, contre les syndicalistes en lutte… Ne nous y trompons pas, aujourd’hui comme hier le Front National reste le pire ennemi des travailleurs.

Cependant, le gouvernement actuel endosse une très forte responsabilité dans la montée du FN, en inscrivant sa politique dans la continuité de toutes celles, nourries par les idées d’extrême-droite, menées auparavant par la droite. La désignation de boucs-émissaires, les expulsions de sans-papiers, la chasse aux roms, les stigmatisations, l’islamophobie, le racisme et la violence de classe contre les couches populaires, la surveillance généralisée, les violences policières, et la répression des mouvements sociaux sont quotidiennes et se sont même aggravées sous ce gouvernement pseudo-socialiste.

Les politiques antisociales et « austéritaires » des gouvernements de gauche comme de droite font également le lit du Front national. Les services publics sont massacrés, le chômage ne cesse d’augmenter et la précarité touche désormais tous les secteurs. Dans ce contexte de crise, il est facile pour les fascistes de désigner les travailleurs immigrés comme responsables, en oubliant que c’est les patrons et les actionnaires qui licencient, qui imposent des salaires de misère et qui engrangent des profits toujours plus grands.

Sur le plan économique et social, loin de lutter contre les inégalités, Valls et son gouvernement multiplient les attaques contre les travailleurs et les classes populaires, alimentant ainsi le terreau de l’extrême-droite. Dernière mesure en date, la loi Macron, dictée par le MEDEF, qui impose de nouveaux reculs sociaux, au mépris des centaines de milliers de personnes descendues dans la rue pour s’y opposer ces derniers mois.

Dès lors, si les récents scores électoraux du FN aggravent notre colère, le simple antiracisme moral n’est pas suffisant. Le mouvement antifasciste ne pourra porter ses fruits que s’il est lié à un véritable projet d’égalité radicale s’inscrivant dans les luttes contre toutes les oppressions racistes, sexistes, homophobes, et contre les inégalités sociales.

Aussi, autogérer nos luttes, jusque dans tous nos espaces quotidiens, est un acte antifasciste.
Développer une éducation libre, gratuite et critique, de la crèche jusqu’à l’enseignement supérieur, est un acte antifasciste.
Lutter pour un travail émancipateur est un acte antifasciste.
Réfléchir les rapports de domination qui se jouent à chaque moment de nos vies, et travailler à les éradiquer, est un acte antifasciste.
Régulariser tous les sans-papiers, organiser la solidarité avec les migrants et s’opposer à l’Europe forteresse est un acte antifasciste.
Permettre à toutes et tous l’accès à un logement et à un revenu décent est un acte antifasciste.
Se battre pour empêcher les licenciements, les fermetures d’entreprises et développer les droits syndicaux, est un acte antifasciste.
Faire entendre notre voix, coûte que coûte, est un acte antifasciste.

Organisons la solidarité, et arrêtons de leur donner la parole, ils l’ont trop. Ils l’ont quand ils agressent. Ils l’ont quand une école ferme, et quand un centre de rétention ouvre. Ils l’ont quand un-e camarade meurt.
Deux ans après sa mort, porter la mémoire de Clément prend sens dans la continuation de ses combats, contre l’extrême-droite et contre ceux qui sont responsables de sa progression. C’est sur ces bases que doit se mener, dans l’unité, le combat antifasciste.
Contre le capital et ses valets fascistes, que vive la solidarité entre tous les opprimés, travailleurs, chômeurs, précaires, avec ou sans papier !

Projection du documentaire : Acta non verba

Deux ans après la mort de Clément Méric. Nous vous proposons d’assister à la projection du documentaire « Acta non verba ».

affiche_Acta-non-verba

« Acta non verba » est un film documentaire présentant différentes initiatives antifascistes en France et à l’étranger. Il a été réalisé en 2014 par Hazem (militant antifasciste marseillais), il permet de faire un tour d’Europe de différents collectifs militants antifascistes, actifs dans différentes luttes et menant diverses expérimentations : défense des réfugiés de Lampedusa arrivés à Hambourg, lutte contre le TAV – train à grande vitesse – dans le Val de Suse (Italie), centres autogérés en Allemagne et à Turin, investissement dans les quartiers populaires et lutte contre l’islamophobie à Paris, soutien scolaire à Marseille…

19h – salle des Epoisses – 5 avenue de Bourgogne

(quartier de Planoise – Plan d’accès)

bande annonce

 

Deux ans après l’assassinat de Clément : mobilisation antifasciste !

Contre tous les racismes et le fascisme :

égalité totale et justice sociale !

Deux ans après la mort de Clément

assassiné par des fascistes :

combattons l’extrême-droite !

affiche

Le 5 juin 2013 Clément Méric, syndicaliste étudiant et militant antifasciste, était tué par des militants du groupuscule d’extrême droite Troisième Voie.

Son assassinat s’inscrit dans une longue suite d’agressions de l’extrême droite pour des raisons de préférences sexuelles, d’origines ethniques, d’opinion politiques ou de croyances religieuses.

Les actes homophobes et transphobes ont augmenté ces dernières années, tout comme la remise en cause des droits des femmes.

L’exclusion, le rejet de l’autre, la fermeture des frontières, la désignation des migrant-e-s quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent comme boucs émissaires sont des attitudes qui conduisent au pire. Des milliers de personnes meurent en Méditerranée au nom de la sécurisation des frontières.

Les idées nauséabondes du Front National ont contaminé la sphère médiatique et politique. Le gouvernement entretient un climat délétère en organisant des expulsions massives qui participent à la stigmatisation des migrant-e-s, en quadrillant les quartiers populaires et en adoptant des lois racistes et liberticides qui visent spécifiquement certaines catégories de la population.

À cela nous opposons notre volonté de vivre ensemble et notre exigence d’égalité des droits et de justice sociale.

20 ans après l’assassinat de Brahim Bouarram en marge d’un défilé du Front National, 20 ans après l’assassinat d’Ibrahim Ali par des colleurs d’affiches du Front National, le fascisme continue de tuer et reste un danger dans la rue comme dans les urnes.

Nous réclamons la tenue d’un procès pour les agresseurs de Clément, et pour poursuivre son engagement nous réclamons :

– la régularisation de tou-te-s les sans-papiers,

– l’accueil et la protection des migrant-e-s,

– la fermeture des centres de rétention,

– l’égalité totale.

Mobilisons-nous et défilons en mémoire de Clément et de toutes les victimes du racisme ou des agressions fascistes.

La richesse de l’humanité se construit par nos différences.

Premiers signataires : Action Populaire, AMEB-Solidaires Etudiant-e-s, CDDLE, CAB, Ensemble, FA, FSU, MRAP, NPA, PCF, PG, Resto-Trottoir, Solidaires…

tract-verso

Un an après la mort de Clément : ce qui c’est passé le 5 juin 2013

La commémoration de la mort de Clément Méric a de nouveau fait remonter sur les réseaux sociaux tous les mensonges que les mouvements réactionnaires ont put véhiculer à partir de cette tragédie et que les média se sont empressés de répandre trop contents de faire leur beurre sur la mort d’un camarade .

Nous reprenons donc le texte édité dans le premier bulletin du Comité pour Clément, un des amis de Clément, témoin de son agression, y avait fait un rappel des faits détaillé de ce qui s’est passé ce mercredi 5 juin 2013, et qui montre bien que si les antifascistes ont les premiers dénoncé verbalement la présence des militants d’extrême droite, l’intention d’en découdre est bien venue de ces derniers, les fafs à l’intérieur du magasin ayant appelé en renfort leurs petits copains dans ce but. De la même façon, il est établi que Clément a succombé aux coups qui lui ont été portés par Esteban Morillo, et dans un SMS accablant, Samuel Dufour admet avoir fait usage d’un poing américain…(voir également ici)

13.Clément

Le mercredi 5 juin 2013, trois militants antifascistes et le père de l’un d’entre eux se rendent à une vente privée de vêtements qui permet de profiter de tarifs avantageux. Au sortir de cette vente, alors qu’ils règlent leurs achats, arrivent deux hommes et une femme au look ouvertement néonazi : t-shirts aux inscriptions racistes, bombers, crânes rasés, etc. Deux des trois amis, sortis les premiers, les voient ranger des poings américains dans leur sac à dos qu’ils laissent à la consigne. Le vigile présent à la porte les regarde et leur dit d’un air surpris : « Ça existe encore des gens comme ça ? ».

Pendant ce temps, à l’intérieur du magasin, le troisième copain fait la queue avec son père. Ses convictions antifascistes lui interdisent de rester silencieux devant ces individus dont les tatouages font l’apologie du nazisme, au mépris de ses millions de victimes. Surtout, alors que les groupes violents d’extrême droite prétendent s’approprier nos rues, attaquer les bars homosexuels, ratonner dans les rues et agresser les femmes voilées, nous refusons de détourner le regard. C’est à ce moment qu’interviennent donc ce qui a été qualifié de provocations. Ce qui permet aujourd’hui de dire que « le groupe d’extrême gauche a été le plus virulent ». Mais réagir verbalement à l’exhibition de symboles racistes et, ici, ouvertement nazis, n’est-ce pas ce que chacun de nous devrait faire ?

Les trois camarades quittent alors la vente et se séparent du père de l’un d’eux qui rentre chez lui. Ils retrouvent alors Clément, amateur de vêtements et de mode, assidu à cette vente qui connaît quotidiennement un nouvel achalandage. Ils lui expliquent qu’il y a des néonazis dans la vente et ils décident de ne pas remonter tant qu’ils sont là maintenant qu’il y a eu un échange verbal.

Ils reçoivent la visite d’un des vigiles du magasin qui leur demande de ne pas créer de problèmes. Ils lui assurent que les bras chargés de leurs sacs de courses, dans une rue passante et en face d’une caméra de surveillance, il faudrait être vraiment stupide pour provoquer une bagarre.

Quelques minutes plus tard, le groupe ressort. Il s’est manifestement étoffé et compte à ce moment-là trois hommes et une femme. Ils se dirigent directement dans leur direction, la main droite dans leur poche. Arrivés à leur niveau, ils s’arrêtent, les regardent. Celui qui s’avérera être Esteban Morillo s’approche. Il avance droit sur Clément. Ses amis le suivent avec des intentions manifestement peu amicales : « N’avance plus, sinon on frappe ! ». L’avertissement lancé par les antifascistes n’a que peu d’effet. Esteban se rue sur Clément, lui donne un premier coup de poing, et il est lui-même frappé par les amis de Clément. Les autres fafs entrent dans la rixe. Ils sont armés. Un cinquième surgit en renfort en brandissant sa ceinture. Clément se trouve seul face à Esteban qui frappe à nouveau. Clément tombe à la renverse. Il ne se relèvera plus.

À côté de son corps inerte et ensanglanté, la bagarre continue. Les coups de poings américains pleuvent. L’un des amis de Clément, bloqué contre le mur face à deux adversaires réussit de justesse à se protéger le visage et fera constater plus tard plusieurs entailles sur son bras. Un autre a le visage marqué par les coups. Au milieu des cris des passants paniqués qui sont les premiers à pouvoir se porter auprès de Clément, les militants d’extrême droite ne se soucient pas une seconde du corps de Clément. Finalement, l’agitation de cette rue commerçante et l’attroupement qui se forme les décident à prendre la fuite. Deux amis de Clément se lancent à leur poursuite, le troisième se porte auprès de Clément, appelle les secours. Mais il est trop tard. Il est transporté inconscient à l’hôpital où il est déclaré en état de mort cérébrale.

L’extrême droite peut bien tenter le tout pour le tout, parler de légitime défense, inventer des images vidéos, ou un guet-apens. La réalité est bien différente. Huit militants d’extrême droite étaient sur place, dont plus de la moitié expressément appelés pour en découdre avec « les gauches ». La plupart étaient armés. Face à eux, quatre étudiants dont le seul tort est de partager les valeurs de l’antifascisme et d’avoir refusé de baisser les yeux.

Compte-rendu de l’hommage antifasciste pour Clément: 1 an déjà, à jamais dans nos coeurs

A l’appel du CAB et de l’AMEB-Solidaires Etudiant-e-s, une centaine de personnes s’est rassemblée à 18h place du 8 Septembre devant l’hôtel de ville de Besançon afin de commémorer la disparition tragique de Clément Méric militant associatif, syndical et révolutionnaire.
Après les prises de paroles de différents collectifs présents rappelant la montée des mouvements et des idées d’extrème droite, nous (une cinquantaine de personnes) sommes partis en manifestation dans le centre ville de Besançon improvisant un parcours ponctué par les slogans antifascistes et anticapitalistes:

 » Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartier pour les fachos « 

« c’est pas les immigrés, c’est pas les sans-papiers qu’il faut virer; c’est la misère qu’il faut éliminer »

 » Clément!  Pavlos !  Antifa!  » ou  « Clément ! Pavlos ! on n’oublie pas on ne pardonne pas! »

« Derrière le fascisme se cache le capitale, la lutte antifasciste est internationale »

ou encore le traditionnel « Alerta! Alerta Antifascista! « 

5juin14

5juin14-3

5juin14-4

5juin14-2

Le cortège s’est terminé devant les locaux du parti socialiste avec le slogan « Que ce soit Sarko ou Hollande, ceux qui expulsent sont tous de la même bande ! » afin de rappeler aux élites qui nous gouvernent que ce sont eux, leurs politiques migratoires, les centres de rétention qu’ils ont mis en place, leur racisme décomplexé, leurs volontés de réprimer les mouvements sociaux et de casser les droits acquis par nos luttes  qui font le lit de l’extrême droite.

 

En soirée, le concert organisé au Maquis avec les groupe ASTAROJNA (chanson tragico-festive) et THE IMPRESSIVE BURRICOS DE LA PLAYA (groupe funk) a permis de terminer cette journée commémorative par une note festive.

Merci aux militants présents ce soir,
Merci aux membres des deux groupes,
Merci au Maquis

La lutte continue !
On n’oublie pas ! On ne pardonne pas !

Besançon 5 juin : Un an après la mort de Clément – rassemblement et concert

NI OUBLI, NI PARDON

JUSTICE POUR CLÉMENT MÉRIC

Le 5 juin 2013, Clément, syndicaliste étudiant et militant antifasciste était battu à mort par des nervis d’extrême-droite.

Un an après, force est de constater que les agressions racistes, sexistes et homophobes n’ont pas cessé. Elles participent à l’installation d’un climat de haine qui s’ajoute aux multiples oppressions (violences policières, expulsions, stigmatisations, islamophobie, lois racistes, remise en cause du droit à l’IVG…) subies par les populations les plus exploitées. Les récents scores électoraux du Front National, la banalisation sur internet de l’antisémitisme et du complotisme avec Egalité & Réconciliation (Soral, Dieudonné), l’implantation près de Besançon du Bloc Identitaire, ou la réapparition en Franche-Comté d’organisations nazies telles que Blood & Honour C18 ne sont pas là non plus pour nous rassurer.

La meilleure façon de rendre hommage à Clément est de poursuivre le combat contre l’extrême-droite et contre toutes les formes d’oppressions.

À la mémoire de notre camarade : ni oubli, ni pardon !

Non à la banalisation de l’extrême-droite et de ses idées !

Un an après la mort de Clément, l’AMEB-Solidaires Etudiant-e-s et le Collectif Antifasciste de Besançon (CAB) appellent à participer massivement, le jeudi 5 juin, au

RASSEMBLEMENT

Place du 8 septembre à 18 heures

Suivi de
CONCERTS

au bar le Maquis (9 rue Claude Pouillet) à 21 heures,

avec ASTAROJNA (chanson tragico-festive) et THE IMPRESSIVE BURRICOS DE LA PLAYA

Entrée libre (indication PAF 4€), tous les bénéfices étant reversés au Comité pour Clément.

AFF 5 juin 2014-100dpi

Egalement le 7 juin, manifestation nationale unitaire à Paris : départ 14 heures place de la Bastille

manif-7-juin-antifa

Le 6 juin à la maroquinerie et le 7 juin à la Flèche d’Or, à Paris, on fait taire la haine avec du bon son!

Le Comité pour Clément organise le festival « LES LENDEMAINS QUI CHANTENT »

concert-antifa-clc3a9ment.png w=640&h=960

Manifestation antifa à Paris le 9 février : l’antifascisme, c’est l’affaire de toutes et tous !

La Horde

À l’invitation de La Horde, plusieurs collectifs et individus se sont organiséEs, à l’occasion des 80 ans des grandes manifestations antifascistes de 1934, pour défiler dans les rues de Paris le 9 février prochain. Rendez-vous est donné à 14h place Jules Joffrin pour rappeler que l’antifascisme que nous défendons n’est pas né d’hier, et qu’il dépasse largement le cadre étroit de l’opposition frontale avec les groupuscules d’extrême droite.
Si nous ne laisserons jamais les organisations nationalistes réactionnaires tenter d’imposer leurs idées au reste de la société, nous n’oublions pas non plus les responsabilités de l’État français dans le climat raciste délétère qui pourrit les relations sociales.  Aussi nous nous inscrivons dans le prolongement des mobilisations d’hier contre toutes les formes de fascismes : manifestations contre les ligues fascistes en 1934 ; celles des lycéens et étudiants contre les nazis et Vichy en 1940 ; mobilisations contre le colonialisme et l’OAS dans les années 1950 et 1960 ; pour le droit des femmes à disposer de leurs corps dans les années 1970 ; pour l’égalité des droits et contre les crimes racistes et sécuritaires dans les années 1980 ; pour l’ouverture des frontières et le soutien aux sans-papiers dans les années 1990 ; contre la violence de l’extrême droite dans les années 2000, pour la solidarité internationale…

Le texte d’appel à la manif :

l’antifascisme, c’est l’affaire de toutes et tous !

Il y a 80 ans, le 6 février 1934, les ligues fascistes marchaient dans les rues de Paris pour imposer par la force leur modèle de société : en réaction, trois jours plus tard, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées contre ce coup de force fasciste dans les rues parisiennes, suivies par des centaines d’autres les jours suivants dans toutes les régions de France, avec en point d’orgue une manifestation de 250 000 personnes, à nouveau à Paris, le 12 février. La France d’aujourd’hui n’est pas celle des années trente, et l’extrême droite a évolué : au-delà de l’activisme des groupuscules ultranationalistes qui s’en revendiquent, son expression se retrouve aussi bien dans les propos d’un ministre, dans l’esprit d’une loi, dans le programme d’un parti populiste, dans le conservatisme qui met en danger l’IVG, dans le racisme et le sexisme du quotidien. Mais la résistance face à elle est toujours d’actualité.

Le battage médiatique autour de l’interdiction de spectacles antisémites et leur instrumentalisation à des fins politiciennes ne doivent pas nous dédouaner d’une nécessaire réaction face à l’intolérable : l’État est bien mal placé pour prétendre lutter contre l’extrême droite, alors qu’il orchestre expulsions et discriminations au sein même du modèle qu’il défend, mais c’est à nous de ne pas lui laisser occuper l’espace de la résistance antifasciste.

Cette résistance à l’offensive des idées racistes et nationalistes doit être sans concession.

En premier lieu, l’antifascisme que nous défendons est l’affaire de toutes et tous, collectifs ou individuEs, organiséEs ou non : ce n’est sûrement pas l’affaire de la justice ou de la police, ni celles des seules organisations politiques, surtout quand elles en font un enjeu électoral à quelques semaines des élections municipales, pour mieux déserter le terrain le reste du temps.

Ensuite, notre antifascisme ne doit négliger aucune des formes que prend ce que nous combattons : discours et violences islamophobes et sexistes, racisme anti-Roms qui prospère des quartiers populaires jusqu’aux plus hauts sommets de l’Etat, antisémitisme larvé ou assumé, racisme sexiste à l’égard des femmes de l’Est, retour du racisme biologique envers les Noirs, racisme inaudible à l’encontre des Asiatiques, rafles de putes et de sans papiers, homophobie, lesbophobie et transphobie religieuses ou laïques. Notre antifascisme doit les combattre globalement, par tous les moyens nécessaires.

Enfin, il est facile de constater que les inégalités sociales reposent en grande partie sur la discrimination à l’égard des populations pauvres d’origine étrangère, sur la recherche de boucs-émissaires, mettant à nu le racisme structurel de la société. Mais nous savons aussi que l’injustice sociale n’est pas qu’une histoire de discrimination culturelle ou ethnique, et que ses racines plongent au cœur même de la logique d’un capitalisme qu’il nous reste à détruire ; que le nationalisme est à combattre d’où qu’il vienne, et que l’esprit de clocher n’est pas le domaine réservé de l’extrême droite.

Mais notre antifascisme ne se résume pas à une une lutte défensive car c’est avant tout une lutte d’émancipation. Il nous paraît donc logique de nous mobiliser pour la libre circulation des personnes, l’abolition des frontières et la solidarité avec les sans papiers ; pour l’égalité hommes-femmes dans la vie, dans la ville et au travail quelque soit leurs origines ; pour la solidarité internationale antifasciste.

affiche_09022014

Compte-rendu de l’hommage antifasciste pour Clément

Jeudi 6 Juin 2013, à Besançon, plus de 300 personnes ont manifesté en hommage à Clément Méric, jeune antifasciste tabassé à mort par des nazis à Paris le mercredi 5 juin 2013.

Dans toute la France, plus de 15 000 personnes descendent dans les rues.

Samedi 8 Juin 2013, à Paris, plusieurs milliers de personnes manifestent également, et prolongent cette journée d’hommage par un concert antifasciste.

Ni oubli, ni pardon ! Clément était antifa, continuons ce combat!

 

Plus d’informations sur les mobilisations antifasciste à la mémoire de Clément partout en France et dans le monde.

Un appel aux dons a été lancé par l’Action Antifasciste Paris Banlieue.

 

 

A lire également, quelques textes :

communiqué de Solidaires Étudiants « Pour Clément : la rage au coeur, ne jamais oublier, ne jamais pardonner » (Solidaire étudiants = organisation syndicale étudiante dans laquelle Clément militait)

communiqué d’Acrimed sur la récupération médiatique

l’appel anti-autoritaire à la manifestation du 23 juin « après la tristesse vient la colère »

la carte des mobilisations

Honte à ceux qui prétendent que les extrêmes se valent, Politis

Nantes Antifasciste : une mise au point s’impose

REFLEXes, qu’est-ce que l’antifascisme ?

 

Enfin, voici l’appel à la manifestation « Le fascisme tue. Ensemble combattons-le » à Paris le Dimanche 23 Juin 2013 .

Jeudi 6 Juin : rassemblement en hommage à Clément MERIC, jeune antifasciste battu à mort par des militants d’extrême-droite à Paris

Un jeune antifasciste a été battu à mort par des militants d’extrême droite ce mercredi 5 juin en fin de journée. Le Collectif Antifasciste de Besançon fait part de son soutien à ses parents et amis. A la mémoire de notre camarade, rendez vous à 18h15 aujourd’hui jeudi 6 juin place du Huit Septembre à Besançon.

Clement

Le mercredi 5 juin 2013, en sortant d’un magasin de vêtements, près de la gare Saint-Lazare, Clément Méric, jeune syndicaliste âgé de 18 ans et militant antifasciste a été battu à mort par des membres de l’extrême droite radicale. Venu de Brest pour ses études à Sciences Po, il a été victime du contexte de violences d’extrême droite qui s’est développé ces derniers mois. Il est décédé des suites de ses blessures, dans la nuit, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches auxquels nous exprimons toute notre solidarité.

Ses ami-e-s et camarades.

Dans l’urgence, le Collectif Antifasciste de Besançon  (CAB) appelle à un rassemblement pour dénoncer ce crime, aujourd’hui jeudi 6 juin, à 18h15, place du Huit-Septembre.

Le Collectif Antifasciste de Montbéliard appelle également à un rassemblement à 18h, square Farel à Montbéliard.

NI OUBLI NI PARDON, NOUS SOMMES TOUS ANTIFASCISTES !